Alain Délic – Artiste Peintre

Alain Délic – Artiste Peintre

1-DSC_0125

Alain Délic, un peintre hors du commun

Dès son plus jeune âge, Alain Délic, s’adonne à la peinture. C’est ainsi qu’à moins de 15 ans, cet artiste précoce restaure les fresques des chapelles de Slovénie. 20 ans plus tard, la ville de Nice fait appel à ses talents pour rénover, à la feuille d’or, les murs et coupoles du conservatoire de musique de Cimiez, et ce, grâce à sa formation classique à l’Académie des Beaux-Arts. Poursuivant sa carrière internationale, Alain Délic quitte l’Europe pour l’Australie, il est très rapidement reconnu. Sociétaire de la plus grande galerie d’Australie, il est le seul français à être admis au « Black Prize » et le Parlement australien acquiert l’une de ses toiles.

Quittant l’Australie, il s’installe en France où il ne cesse de remporter médailles d’or et prix d’excellence, exposant à Paris tant au Salon d’Automne qu’au Salon des Artistes français. Par deux fois, la Fédération Nationale de la Culture Française lui attribue la toile d’or de l’année. De surcroit la Fondation européenne, sous le patronage de Son Altesse Royale le Prince Henrik du Danemark, lui remet « le Grand Prix du Prestige européen » et lui décerne le titre de « Commandeur dans l’ordre de l’Étoile de l’Europe » pour son œuvre artistique et son action culturelle. Après avoir exposé dans toute l’Europe, Alain Délic a choisi de se rendre en Chine…E

n 2013, il expose à l’Académie des Beaux-Arts de Tianjin. En 2014, il obtient « le Trophée international des Arts de Chine ». En 2015, il reçoit à Pékin le « Grand Prix international des Arts étoilés ». En 2016, l’Université de Technologie de Le Hebei remet à l’artiste la « Médaille de la Technologie » pour son travail de chercheur. À ce sujet, l’artiste vous déclare : « Pour moi, le peintre est avant tout un chercheur. »

« Je ne peins pas ce que je vois, mais ce que je ressens. Je cherche à établir une symbiose entre ma création picturale et les forces qui régissent l’univers. Je souhaite rendre visible ce qui se trouve au-delà du visible. J’ai tout d’abord choisi le thème de “La diachromie énergétique” pour matérialiser les énergies qui se dégagent des couleurs. Puis, en observant la des planètes, du Soleil et des étoiles. J’ai abordé en deuxième thème “Les éruptions chromosphériques” et à ce jour, en me penchant sur les couleurs du prisme qui émet tant de puissantes vibrations, au point de pouvoir, une fois assemblé sur la toile, constituer une table thérapie, j’ai conçu la “Polyprismochromie”. J’imprègne ma toile de couleurs franches, exemptes de tout mélange, afin qu’elles conservent toutes leurs particularités. Je multiplie leur nombre et leur couleur pour qu’elles se parlent entre elles et frappent ceux ou celles qui les considèrent, car les couleurs ont un langage et je me dois de les comprendre. Je vis pour elles et elles m’inspirent par leurs forces vitales. »

Alain Délic, un peintre hors du commun dont le parcours n’a pas fini de nous surprendre…

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on pinterest
Pinterest

Comments are closed.