Annick Georges Raynal – Artiste peintre et plasticienne

Annick Georges Raynal – Artiste peintre et plasticienne

Le Salaire de la peur - Diam 66,5

Après avoir fait des études de design et de décoration d’intérieur ou encore les Beaux-Arts, Annick obtient un diplôme d’arts et techniques en design mobilier et architecture d’intérieur. Une certification qui lui permet d’acquérir les bases du dessin, des couleurs ou encore de l’expression artistique. Elle travaille d’abord dans un cabinet d’architecte et de fil en aiguille se consacre davantage à son autre passion : la création. Son expérience ses connaissances et ses rencontres artistiques vont façonner sa technique et lui permettre de devenir la peintre et plasticienne que l’on connaît aujourd’hui.

Annick est sensible à la matière, notamment le métal qu’elle se plait à couvrir d’impressions numériques et de peinture. Elle prend soin de créer des œuvres uniques en s’exprimant sur des supports allant du panneau de signalisation, aux portières de vieilles voitures ou encore des jerricanes. Son expression ne connaît pas de limite, elle fuse et se lie à une culture cinématographique emblématique. Son esprit et sa sensibilité l’encouragent à composer des œuvres parlantes, nostalgiques et capables de réunir le plus grand nombre. Elle déclare : « Le fait de réinterpréter une image avec des techniques nouvelles encourage les gens à l’observer. J’ aime la culture audiovisuelle, tellement variée, donc j’en fais mon évidence et j’aime partager des anecdotes en référence aux sujets que j’évoque. Le thème de l’audiovisuel devient une porte d’échange entre le public et moi. On ne se cantonne pas à l’image, on cultive un dialogue pour expliquer la démarche et comprendre les ressentis vis-à-vis de cela. »

L’upcycling entre au cœur de chaque œuvre, les objets réutilisés reprennent vie grâce à une technique mixte, qui allie un travail à la bombe, au pinceau ou au couteau, un travail numérique, des collages, des transferts, en terminant par une résine époxy appliquée partiellement ou totalement pour donner de l’intensité et du relief aux couleurs et aux mélanges. Un surcyclage positif qui permet d’immortaliser ces objets oubliés qui sont réanimés par l’ajout d’une atmosphère empreinte de souvenirs et de ressentis. En se réappropriant le support, l’artiste dévoile sa créativité et la met au service de celles et ceux qui regardent. D’ailleurs, elle réalise également des œuvres à la demande, une manière de toujours stimuler sa curiosité et son amour pour le monde des arts…

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on pinterest
Pinterest

Comments are closed.