Aurélie Lafourcade – Artiste aux multiples talents

Aurélie Lafourcade – Artiste aux multiples talents

image004
Visage de papier 120X180cm

Bio :

Diplômée de l’ETPA (école de photographie et d’Audiovisuel) en 1990 après un Deug d’anglais obtenu un Bac Lettres et Art en 1985
A travaillé pendant une vingtaine d’années à Paris puis à Toulouse dans les métiers de l’image en tant que directrice de production sur des spots TV et films « corporate » pour des grands groupes et collectivités, chef de plateau pour la TV, régisseur général sur des filctions.
Pratique la photographie depuis plus de 20 ans
Pratique le dessin d’après modèle vivant depuis 15 ans
Membre de l’Association de graveurs « Ex Libris » depuis 4 ans
Se consacre entièrement à la création depuis 2011

Stages pro : gravure pointe sèche, fabrication papier, logiciel wordpress et photoshop, Technique du cyanotype, création livre d’artiste

Statut d’artiste depuis 2013

Expositions : 2013 à 2020:
Espace « Le Cube » à Torreilles (oct 2020)
Domaine Lafage (juillet à decembre 2019)
Festival R-Cas (oct 2019)
Galerie St Germain à Perpignan (sept à dec 2018)
Galerie Vue sur Cours à Narbonne (sept. à dec. 2018)
Espace Art Prestige à Perpignan (oct 2017 à juin 2018)
Clos des Aspres à Perpignan (juin à sept 2018)
Galerie La main de fer/Can Cago à Perpignan (années 2017 et 2018)
Galerie des Hospices à Canet (avril 2017)
Mas Carbasse à St Estève (octobre 2017)
Commande de 15 œuvres pour une Résidence de luxe
Musée Terrus à Elne (juin à octobre 2016)
Espace culturel de Collioure (juin 2016)
Espace WAW à Narbonne (février-mars 2016)
Galerie Hobo à Perpignan (avril-mai 2015)
Palais des Rois de Majorque à Perpignan (fév-mars 2015)
Galerie l’Arteria à Valencia (Espagne) (juin-août 2014)
Maison de la Région de Perpignan (avril 2013)
Marché de l’Art à Bages d’Aude (juin 2013)
Galerie Maintenon à Perpignan (sept-dec 2013)
Atelier 4bis à Toulouse (mai-juin 2013
Représentée à l’année sur Atrsper et Artprice

Démarche artistique :

Travail sur l’inconscient, l’érosion, l’onirisme et l’invisible
Représentation de notre propre fragilité.

Le temps qui passe, le besoin de laisser une trace.

Tout se transforme, la matière devient chair et vice versa, à travers un cycle qui se répète à l’infini …

A chacun de s’approprier l’œuvre, et d’y projeter son espace mental, sa propre lecture.

Pour l’artiste, il s’agit aussi d’évoquer « la douleur de vivre et le bonheur d’exister ».

La beauté se niche dans l’accident, la fêlure, l’imperfection …

Photos-tableaux/Collages

Confrontant ses dessins de nus à la matière brute photographiée ou créées ou encore à de vieux journaux déchirés, l’artiste mêle la chair au minéral.

Parfois, les corps semblent faire partie intégrante du fond et les touches de couleur créées par les encres du dessin se fondent avec le mur et la matière ; parfois, le corps est plus évident et le fond vient enrichir le dessin.

La peinture vient s’ajouter à la photographie, au collage et au dessin. Le corps se confond avec le mur qui se fond avec la peinture …

L’éphémère confronté à la durée dans le temps, représentation de notre propre fragilité, du temps qui passe. Les abîmes de notre inconscient, et le regard de chacun sur notre propre existence sont les thèmes abordés par l’artiste.

Les Nus à l’encre, les coulures, les coups de pinceaux sont comme une allégorie du souffle qui nous traverse, notre force de vie, ce qui nous relie au divin.

Les vieux journaux déchirés sont une métaphore de nos vies, de nos cicatrices, de nos états d’âme …

A chacun de s’approprier l’œuvre et d’y projeter son propre espace mental.

Aurélie Lafourcade brouille les pistes, perd le regard du spectateur pour l’emmener dans les tréfonds de lui-même.

 « Un poème est une peinture invisible, une peinture est un poème visible » Guo Xi

Technique mixte : Photo (tirages uniques digigraphiques fine art collés sur medium et montés sur châssis bois), dessin, peinture avec ajout de matière (terre, sable, cendre, papier …), pigments, spray …

Femme sur panneau bleu 100X150cm

Les monotypes

Technique : technique venant de la gravure qui consiste à travailler sur une plaque de plexi ou rhodoïd ou carton etc … (contrairement à la gravure où l’on travaille en creux sur une plaque de cuivre) et d’imprimer ensuite sur une feuille le travail effectué sur la plaque. Je travaille en plusieurs passages, je peux intégrer aussi des collages, dessins et empreintes.

Je suis influencée par la philosophie japonaise et le fait que pour les japonais, le concept de beauté est associé à l’imperfection qui permet justement de révéler la beauté. C’est l’art du « kintsugi ». Le fait par exemple de réparer un objet en céramique cassé puis de faire ressortir la jointure avec de l’or. 

Le « tao », le souffle qui s’exprime dans la calligraphie et que l’on retrouve aussi dans mes dessins de nus (je travaille principalement à l’encre de chine et au calame), la spontanéité du geste qui laisse filtrer l’expression de l’âme.

Je suis très sensible aux textures, aux fibres du papier qui donnent des rendus très différents selon leur épaisseur, et qui permettent un travail très subtil avec les encres.

Mes monotypes sont des « paysages intérieurs », des projections mentales abstraites mais très composées.

Vous avez aimé cette article ? Partagez-le

Comments are closed.