Bernard Garo – Artiste De L’intensité

Bernard Garo – Artiste De L’intensité

Mont-rose face au silence de l'immensité, 187 x 230 cm 2021 - copie

« L’opposé de l’art, c’est l’indifférence et l’ennui. »

Dans son immense atelier doté d’une impressionnante hauteur sous plafond laissant pénétrer une lumière zénithale, les toiles de Garo prennent la pose en attendant leur future demeure. Précieusement emballées en vue d’un prochain départ pour une exposition ou ornant magnifiquement les murs immaculés de blanc, elles sont là, dans l’attente de notre ressenti. Celui-ci sera instantané, intense, émotionnel, quasi épidermique.

Par sa façon si particulière de représenter le monde, notre artiste nous lance un message écologique. L’action irrémédiable du temps qui passe, notre vulnérabilité face aux forces des éléments, comme l’impact de l’activité humaine sur son environnement et ses conséquences sont ses sujets de prédilection. Garo nous révèle les choses telles qu’elles sont, et bien au-delà du visible : dans leur beauté immédiate, à l’instant T, avant l’inexorable dégradation.

« Pour moi, la peinture est quelque chose qui a forcément un lien avec notre humanité et la nature. », nous confie-t-il. Il œuvre à changer notre perception du monde et à bousculer notre pensée. Grâce à la lumière qu’il fait jaillir de la structure minérale et matiériste de ses toiles, il sublime ses « paysages » qui portent en eux la mémoire de nos origines et utilise uniquement des matériaux naturels qu’il va chercher dans les cratères de volcans comme sur des falaises au gré de ses expéditions en quête des confins de notre terre.

Mettant en valeur un glacier ou une faille archéologique millénaire, Garo magnifie la grande nature. Les sillons de peinture quasi photographiques nous transposent dans le décor d’une intemporalité et d’une immensité sans limites. Spectateur, on se sent alors infiniment petit devant tant de grâce et de beauté. Montagnes, cratères et crevasses dégagent une attraction sublime ouvrant sur l’émotion, car la transmutation des matières est inéluctable.

Outre l’érosion naturelle, le génie destructeur de l’homme a également sa part de responsabilité dans la dégradation du monde dans lequel nous vivons. Puissance et vulnérabilité s’affrontent et cohabitent sur la toile, s’imprimant dans l’inconscient du contemplateur. L’artiste a réussi une fois de plus à nous interpeller sur l’état de notre planète. À nous de réagir.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on pinterest
Pinterest

Comments are closed.