Céline Mailloux – l’art du verre brisé

Céline Mailloux – l’art du verre brisé

2-La-vie-en-bleu

Fille d’ébéniste, j’ai toujours été passionnée par les travaux manuels. Mon père m’a transmis l’amour des matériaux, l’instinct de récupération, de respect des matières et surtout l’art de la « débrouille ».

Après avoir constaté que les études ne voulaient pas de moi, à 19 ans, je me suis lancée dans la fleuristerie. C’est au cours de mes 4 années d’apprentissage aux côtés d’un maitre intransigeant que j’ai appris à manier les formes et les couleurs, à respecter des proportions, les volumes, les répartitions, la « règle d’or ». A 25 ans, j’ai pris la suite de mon maitre d’apprentissage en rachetant sa boutique. Puis, en 2009, la vie m’a contrainte à laisser tomber l’aventure.

L’histoire des bouts de verre a commencé par hasard un jour de 2015, où je brise volontairement une plaque de verre. Ayant obtenu une forme de fleur, je décide de recycler les morceaux pour en faire un tableau. Très intéressée par le résultat, les semaines suivantes, je reproduisis le phénomène pour mes sœurs, ma mère etc…. A partir de ce moment là, encouragée par mon entourage, je ne me suis plus arrêtée, brisant et récupérant tous les bouts de verre possible.

Mes premiers travaux sont très différents de ceux d’aujourd’hui. Au début, je n’utilisais que des verres plats et j’usais d’acrylique pour faire un décor sur une toile (paysages, fleurs etc…).

Mariée à un artisan, les soucis économiques ne sont jamais très loin. Alors, armée de toutes mes créations, j’ai participé à un salon annuel à Saintes, « Talents de femmes », où force est de constater que le public était très enthousiaste, moi aussi du coup ! J’ai donc fais 3 autres expositions par la suite.

Poussée par mon audace, je suis allée rencontrer un galeriste. Bien qu’il n’ait pas voulu de mes travaux, il m’a tout de même donné 2 ou 3 conseils sur mes créations. A partir de ce moment là, j’ai décidé de travailler différemment, cette fois en volume, avec le verre brisé de toutes formes et couleurs (exit les paysages !)  afin de lui « redonner vie ». Ceci étant, cela ne m’empêche pas de le combiner à d’autres matières comme le bois, le fer…

Enfin, en juin 2019, mon ancien maitre d’apprentissage m’a incitée à installer mon espace d’exposition dans un local qu’il avait à disposition, afin de pouvoir commencer vraiment à me faire connaitre. 

CV

Vous avez aimé cette article ? Partagez-le

Comments are closed.