Geneviève Bonnet-Cadith – Artiste Peintre

Geneviève Bonnet-Cadith – Artiste Peintre

Genevieve-Bonnet-Cadith-nue-de-dos-au-coussin-rouge-aquarelle-35X45-2016

Biographie

J’ai longtemps fait des allers retours entre la danse, l’écriture et la peinture. Ces pratiques s’enrichissent réciproquement en raison des correspondances qui les caractérisent.
Dans ces trois modes d’expression on retrouve un espace à occuper pour raconter une émotion, une histoire personnelle ou universelle et l’intervention du corps comme vecteur de la pensée et pour exprimer un état d’esprit. Mon approche de la peinture est résolument physique et narrative ce qui me semble un bon compromis.

Même si j’ai fréquenté pendant de nombreuses années des ateliers en banlieue et sur Paris, je me considère comme une autodidacte. La pratique quotidienne du dessin sollicite une attention particulière pour mon environnement dans lequel je puise mon inspiration.

Ma proximité géographique avec la capitale me permet de visiter régulièrement les musées, les expositions pour former mon regard, apprendre par la pratique de la copie, trouver des sources d’inspiration et des voies à explorer. Je lis également de nombreux ouvrages, revues ainsi que des biographies pour comprendre ce passé qui fait sens dans le présent.

Parallèlement à la peinture, j’écris. Un premier roman « Les Cheutons » est paru en octobre 2018 aux éditions du net, dans le cadre des journées francophones. Un second roman « ce passé qui ne passe pas » est dans différents comité de lecture.

Démarche artistique.

Mon attirance pour la peinture Chinoise et Japonaise n’a pas été un choix au départ mais une rencontre. La place du vide, le choix d’une palette restreinte mais aussi la dimension philosophique de l’Extrême-Orient correspondent bien à ma conception de la peinture.

Dans cet esprit, je ne cherche pas à séparer l’idée et la forme mais à dépeindre, non la chose, mais l’effet qu’elle produit. Le contexte m’intéresse peu, je lui préfère le vide parce qu’il n’est jamais neutre, l’enjeu étant de réussir le subtil équilibre entre l’absence et la présence, le vide et le plein.

J’ai longtemps privilégié le monochrome, le noir parce qu’il fait ressortir la lumière, le brou de noix pour la chaleur qu’il dégage et les effets de transparences qu’on peut en tirer. Le café et le thé font également partie de ma palette pour les mêmes raisons que le brou de noix mais aussi parce leurs teintes me semblent plus subtiles.

Ces pigments ne souffrent ni repentir, ni surcharge, ni correction. Il s’agit de travailler en une seule énergie pour se rendre entièrement disponible à l’instant présent. Pour atteindre l’état de lâcher prise, je travaille en série sur un même sujet jusqu’à trouver un équilibre entre le souvenir d’une émotion et mon état d’esprit du moment.

S’il m’arrive parfois d’introduire une couleur c’est avec parcimonie pour éviter qu’elle n’absorbe le sujet.

Je teste sans cesse des supports variés, emballage, papier-peint (recto ou verso), papier glacé … à la recherche de textures nouvelles. En cours de processus de création, j’introduis parfois des substances diverses comme l’eau de javel, des jus de légumes, du vin rouge etc… Pour trouver de nouveaux effets de textures.

Mes sources d’inspirations me viennent au départ d’impressions fugitives qui s’installent ensuite durablement jusqu’à devenir presque obsessionnelles.

Le déclencheur peut être peut être un croquis, une actualité du moment, le souci de rendre compte d’une expérience… C’est ainsi que je reste plusieurs années sur un même sujet jusqu’à l’épuisement du désir.

On peut distinguer plusieurs périodes dans mon travail qui se caractérise tant par le choix du sujet que son traitement plastique.

C’est ainsi que j’ai abordé : le paysage, les arbres, les chevaux, le portrait avec comme projet une étude des sportifs au moment des épreuves aux jeux olympiques de 2012, une visite du côté des peintres japonais du 19 ième siècle.

Depuis 2016, je travaille le nu en atelier avec modèle. La nécessité de travailler dans l’urgence requiert un niveau de concentration qui m’aide dans la maîtrise du jet immédiat.

Je m’attarde peu sur ce que je viens de faire, je pense au dessin suivant pour rester dans une forme d’énergie créatrice. Le retour sur mon travail se fait plus tard avec un regard neuf pour exercer mon esprit critique.

J’expose régulièrement depuis 2009.

Expositions collective, personnelles, salons.

En région parisienne : Val d’Oise (Eragny, Beaumont sur Oise, Deuil-la Barre, Saint Brice sous forêt)

Paris : salon de l’AEAF académie Européenne des Arts France, Art en Capital, galeries parisiennes (Evrard, Thuilliers, Artitude)

Province : Vendôme (Loir-et-Cher), les puys en Velay (Auvergne), Neuf-Brisach (Alsace) Orléans (centre Val de Loire.

Etranger : Japon   (Musée des beaux-arts d’Okinawa Japon 2012, Musée des beaux-arts d’Amagasaki Japon 2012), Belgique (Bruxelles)

Articles : revues « Portrait d’artistes » et « Univers des Arts », presse locale.

Prix  et distinctions:

Diplôme d’honneur du Musée des beaux-arts d’Okinawa  2012

Diplôme d’honneur du Musée des beaux-arts d’ Amagasaki 2012

Cotation Drouot 2014

Prix de la galerie Mauve 2017

CV

Vous avez aimé cette article ? Partagez-le

Comments are closed.