Hélène Stevens – Paréidoliste

Hélène Stevens – Paréidoliste

LE PIRATE copie

N’avez-vous jamais identifié des formes familières en observant un nuage, une tache, de la mousse ou encore un objet ? Ce phénomène psychologique, perçu par notre cerveau, porte un nom : la paréidolie (du grec para à côté et de eidôlon, apparence). Hélène Stevens l’applique aux arbres et le matérialise dans des œuvres de toute beauté. Découvrons le regard qu’elle fixe sur l’environnement.

Née à Bruxelles, Hélène Stevens a beaucoup voyagé avant de poser ses valises dans un petit village du Gard. Depuis l’adolescence, sa vie est faite d’opportunités et l’amène à sillonner le monde. États-Unis, Canada puis retour en Belgique, c’est finalement en France qu’elle vit désormais et s’épanouit pleinement.

Si son nom ne vous est pas inconnu, c’est certainement parce qu’elle descend d’une longue lignée d’artistes : Jean-François Léopold Stevens, marchand de tableaux, ses fils, les peintres Alfred et Joseph ou encore Arthur le critique d’art. Pour l’anecdote, Hélène nous raconte qu’encore aujourd’hui, pour créer des robes d’époque, les stylistes s’inspirent des toiles de son arrière-grand-oncle Alfred. Ami d’Édouard Manet, Charles Baudelaire ou Delacroix, il a peint avec une extrême précision et un réalisme incroyable les élégantes et mondaines du 19e siècle et leurs toilettes de satin.

Have you ever identified familiar shapes by observing a cloud, a stain, moss or even an object? This psychological phenomenon, perceived by our brain, has a name: pareidolia (from the Greek para next to and eidolon, appearance). Hélène Stevens applies it to trees and materializes it in works of great beauty. Let’s discover her gaze on the environment.

Born in Brussels, Hélène Stevens traveled a lot before settling down in a small village in the Gard. Since adolescence, her life has been filled with opportunities and leads her to travel the world. United States, Canada and then back to Belgium, it is finally in France that she now lives and thrives fully.

If her name is not unknown to you, it is certainly because she descends from a long line of artists: Jean-François Léopold Stevens, art dealer, his sons, the painters Alfred and Joseph or even Arthur the critic of art. For the record, Hélène tells us that even today, to create period dresses, designers are inspired by the paintings of her great-great-uncle Alfred. Friend of Édouard Manet, Charles Baudelaire and Delacroix, he painted with extreme precision and incredible realism the elegant and worldly women of the 19th century and their satin dresses.

Sans doute influencée par cet héritage artistique, Hélène Stevens a cultivé sa passion pour le dessin depuis l’enfance. Aussi loin qu’elle puisse s’en souvenir, elle se voit avec un crayon à la main. Études artistiques à Bruxelles puis à New York à la Art Student League, elle n’a jamais abandonné les pinceaux, même si cela n’a pas toujours été son métier principal. Elle s’épanouit en peignant sur soie et en créant des tableaux et des foulards puis vit une expérience incroyable qui durera 11 ans, en transformant un vieux château du 14e siècle en maison d’hôtes. À sa vente, elle part en Camargue. Les paysages magnifiques l’inspirent, elle se met à l’aquarelle. Elle donne des cours, expose, connaît un beau succès et les circonstances de la vie, font qu’elle quitte la région pour le Gard.

C’est là que commence sa plus belle aventure. Adhérente de l’association d’artistes Chemins d’Art, on lui propose de participer à une exposition en rouge et noir. Impossible à réaliser en aquarelle, c’est dans son magasin d’art préféré qu’elle trouve la solution. Son nouveau défi, elle le concrétisera sur du papier népalais. À cette époque, elle rentre d’un voyage en Australie, au cours duquel l’art aborigène l’a marquée. L’exposition est un succès, l’originalité séduit. 

Désormais, elle travaille exclusivement sur ce type de papier particulièrement résistant. Le lokta pousse dans l’est de l’Himalaya et son écorce, soigneusement récoltée, met entre cinq et huit années à se régénérer. L’arbre n’est pas abattu, il continue de vivre à son rythme et à fournir à nouveau de la matière. Lorsqu’elle le reçoit, il n’aura jamais la même couleur. Elle en choisira des bruts et des teintés, sur lesquels elle fera danser ses crayons, ses feutres ou encore ses pastels gras. Les touches d’or et d’argent par-ci par-là viendront finaliser ces œuvres d’une beauté absolument originale.

Undoubtedly influenced by this artistic heritage, Hélène Stevens has cultivated her passion for drawing since childhood. As far back as she can remember, she sees herself with a pencil in her hand. Artistic studies in Brussels then in New York at the Art Student League, she never gave up brushes, even if it was not always her main profession. She flourished by painting on silk and creating paintings and scarves and then had an incredible experience that would last 11 years, transforming an old 14th century castle into a guest house. When she sold it, she goes to the Camargue. The magnificent landscapes inspire her, she starts with watercolors. She teaches, exhibits, receives critical acclaim, and life circumstances mean that she leaves the region for the Gard.

This is where his greatest adventure begins. A member of the artists association Chemins d ‘Art, she was invited to participate in an exhibition in red and black. Impossible to achieve in watercolor, it is in her favorite art store that she finds the solution. Her new challenge, she will concretize it on Nepalese paper. At this time, she returned from a trip to Australia, during which Aboriginal art left its mark. The exhibition is a success, the originality seduces.

From now on, she works exclusively on this type of particularly resistant paper. Lokta grows in the eastern Himalayas and its carefully harvested bark takes between five and eight years to regenerate. The tree is not cut down, it continues to live at its own pace and to provide material again. When she receives it, it will never be the same color. She will choose rough and tinted ones, on which she will make her pencils, felt-tip pens or even oil pastels dance. The touches of gold and silver here and there will complete these works of absolutely original beauty.

Tout comme le format unique du papier (la fabrication étant artisanale, il n’existe qu’en 60x80cm, qu’elle peut parfois doubler), Hélène Stevens n’a qu’une seule passion : celle des vieux arbres. « Je me considère comme quelqu’un de chanceux, car j’ai vraiment trouvé mon bonheur en découvrant cette façon de travailler sur papier népalais en ne choisissant plus que comme sujet les arbres les plus tordus, les plus vieux, mais ceux qui ont une vraie personnalité. », nous confie-t-elle.

Aujourd’hui, Hélène est une artiste comblée et cela se ressent dans son art. Rouges, bleues, dorées, ses toiles inspirées de ces fameux vieux arbres qu’elle a pu prendre en photo, portent des noms poétiques et souvent humoristiques : Bon pied bon œil, Vaisseau spatial, Dame nature, etc. Grâce à la paréidolie, elle donne vie à des poètes, imagine des temples, rend hommage à des femmes indigènes. Parce que la vie est belle et que créer la rend encore plus précieuse.

Just like the unique size of the paper (the production being artisanal, it only exists in 60x80cm, which can sometimes be doubled), Hélène Stevens has only one passion: that of old trees. “I consider myself to be a lucky person, because I really found my happiness in discovering this way of working on Nepalese paper by choosing only as my subject the most twisted trees, the oldest, but those with a real personality. », She confides.

Today, Hélène is a fulfilled artist and it shows in her art. Red, blue, gold, her canvases inspired by these famous old trees that she was able to photograph, bear poetic and often humorous names: Bon pied bon l’oeil, Spaceship, Mother nature, etc. Thanks to pareidolia, she gives life to poets, imagines temples, pays homage to indigenous women. Because life is beautiful and creating makes it even more precious.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on pinterest
Pinterest

Comments are closed.