Bio et Terroir

Bio et Terroir

Terroir-image-1

Le bio : un véritable mode de consommation

On ne s’est jamais autant préoccupé de la qualité des produits qu’on retrouve dans notre assiette. Depuis les années 90, de nombreux scandales sanitaires ont secoué notre pays, parmi les plus connus la « crise de la vache folle », le « poulet à la dioxine », et plus récemment l’affaire du lait infantile contaminé à la salmonelle et des légumes surgelés contaminés à la listeria. De scandales en scandales, manger de produits « sains » est devenu l’un des principaux soucis des Français. Nous sommes nombreux à alors remettre en cause notre mode de consommation, et particulièrement l’utilisation de pesticides à outrances (une pomme subit en moyenne 35 traitements phytosanitaires) et leurs effets encore inconnus sur la santé.

La solution ? Dire adieu aux fast-foods et autres plats préparés et ultra-transformés. La tendance aujourd’hui est au bio et au circuit court – c’est-à-dire aux produits de notre région. Les produits bio ne sont plus réservés aux personnes aisés : on les retrouve partout, dans toutes les grandes surfaces, et aux tarifs de plus en plus abordables. Mais comment reconnaître un produit issus de l’agriculture biologique ? Et surtout, « bio » est-il synonyme de « bon pour la santé » ?

Bio : synonyme de bon pour la santé ?

Bien plus qu’une tendance passagère, le bio est devenu un véritable mode de consommation. Mais bio ne rime pas toujours avec bon pour la santé. C’est pour cela qu’il existe un nouveau phénomène du retour au « fait maison » et aux circuits courts (acheter directement au producteur). En effet, pour être certain qu’aucun produit dangereux ne se trouve dans notre assiette, il n’y a pas de meilleure solution que de les préparer soi-même. Car plus encore que des pesticides, on devrait se méfier des additifs et autres agents cosmétiques et économiques (ACE) ajoutés aux produits transformés, qui servent à le rendre plus attractif. C’est donc le moment d’éliminer de notre alimentation tout produit ultra-transformé. Ils sont reconnaissables par leur composition : beaucoup de sucre, de sel et d’acides gras ajoutés, mais aussi des ingrédients qu’on ne trouve pas dans nos cuisine comme des huiles hydrogénées, des isolats de protéines, des ACE et des additifs (arômes artificiels, émulsifiants, colorants, édulcorants, gélifiants, conservateurs). Pour retrouver une alimentation saine, il faudrait donc traquer tous ces produits et les éliminer le plus possible de notre alimentation. Il faut savoir que si le bio garanti un aliment sans produits chimiques, cela ne veut pas dire qu’il n’est pas ultra-transformé. En effet, un « steak végétal » par exemple rentre dans cette catégorie – mais conformément à la réglementation, il y aura moins d’additifs que dans d’autres aliments.

Pour aller plus loin dans cette tendance, on ne fait pas que manger bio, on peut également acheter des cosmétiques ou du maquillage bio. En effet, ceux-ci ne contiennent pas de substances chimiques (comme le parabène), et sont donc moins agressifs pour la peau. Le bio peut donc s’adopter dans plusieurs aspects de notre vie, et nous aider à se tourner vers des produits très souvent meilleurs pour la santé.

Terroir : Les meilleurs produits de notre pays

Dans la gastronomie française, un « produit du terroir » désigne une spécialité fabriquée sur les terres françaises, par des producteurs locaux. Elle est reconnue comme une part entière du patrimoine culinaire français. Il s’agit généralement d’une spécialité locale : le camembert de Normandie, la choucroute d’Alsace, les vins du Beaujolais, le foie gras de Dordogne et même la galette de Bretagne sont donc reconnus comme spécialité locale. Ces produits du terroir sont le fruit d’un savoir-faire : les producteurs ont une connaissance particulière des spécificités naturelles de leur région. Ce savoir permet la transmission des spécialités locales, et le rayonnement de la France à l’international par sa gastronomie.

Reconnaître un produit du terroir

N’importe-quel produit ne peut pas se prétendre du terroir. En effet, pour qu’un producteur soit reconnu avec la notion de « terroir », il doit obtenir l’appellation AOC, qui signifie « Appellation d’Origine Contrôlée ». Elle est reconnaissable par le signe AOC, apposée sur l’emballage. Cette appellation désigne un produit dont toutes les étapes de fabrication sont réalisées dans une même zone, généralement une région, et selon un savoir-faire reconnu. Le cahier des charges de l’appellation AOC garanti donc de la qualité du produit, du territoire de production, du savoir-faire du producteur… en effet, de nombreuses conditions sont à remplir pour obtenir la mention AOC. Ce signe est, avant tout, un certificat d’origine. D’autres labels peuvent garantir, en plus, la qualité supérieure du produit : Label Rouge, AB… Un produit qui a obtenu une ou plusieurs de ces appellations peut donc être acheté les yeux fermés.

Vous avez aimé cette article ? Partagez-le

Comments are closed.