Nicole Agius Maurel

Nicole Agius Maurel

Aussi loin que remontent mes souvenirs, la quête du beau, de l’harmonie et de la lumière à travers les arts, m’est apparue comme un élément essentiel de la vie.

Voulant faire coïncider passion et profession, je m’inscrivis à l’Académie Charpentier pour préparer le concours d’entrée à l’école supérieur des Arts Appliqués de la ville de Paris.

C’est dans cette école en entrant pour la première fois dans l’atelier de Laque dirigé par Paul Cressent que le coup de foudre eut lieu pour cet art. D’emblée il me parait mystérieux et fascinant. Un simple panneau de bois pouvait être transformé. Après un travail certain, en un objet précieux et unique, porteur de rêves et de lumière.

Pendant six ans j’appris à mes dépends que cette finalité magique devait passer, d’une façon incontournable, par un rude métier dont la devise pourrait être.

« Je ponce donc je suis »

La récompense vient au bout de plusieurs mois de patience, de persévérance, entrecoupés d’instants fulgurants ou le panneau, bien préparé, peut alors être un tremplin pour ma créativité.

Mais l’exigence du Laque ne pardonne pas et réclamera encore de longs moments de ponçage avant de passer les couches de finition. Désormais, il s’agira de lâcher prise pour lui permettre de s’envoler vers ceux à qui il apportera son pouvoir d’évasion et de lumineux réconfort.

Pour cela, il m’aura fallu certes maîtriser cette technique, mais surtout comprendre qu’il me fallait l’oublier et laisser faire.

Mon maître, en la matière, fut Antoine Bourdelle qui disait :

« Un autre voyageur que moi m’habite et m’environne. Il a la taille du destin et je n’ai jamais su le craindre car il me jette à la clarté ».

EXPOSITION

L’UNIVERS DU LACQUE 73 AVENUE DE PARIS 78000 VERSAILLES – Domaine de Madame Elizabeth
DATE D’EXPOSITION/ DU 23/10  AU 17/11
Horaire/ de 11h à 18h

Vous avez aimé cette article ? Partagez-le

Comments are closed.